Lumikko de Pasi Ilmari Jääskeläinen

Pasi Ilmari Jääskeläinen est un auteur de littérature fantastique parmi les plus fameux de Finlande dont la réputation commence à s’étendre peu à peu au-delà des frontières de son pays. Lumikko, son premier roman publié en Finlande en 2006, est paru l’année dernière aux Éditions de l’Ogre – qui, semble-t-il, sont en train de devenir maîtresses dans l’art de dégotter des textes aussi inventifs que fascinants – dans la traduction française de Martin Carayol. J’ai découvert ce roman car cette jeune maison d’édition commence sérieusement à me faire de l’œil et je me penche de plus en plus sur son catalogue plus qu’alléchant. Lumikko est sorti en poche récemment, le premier poche des Éditions de l’Ogre, aux Éditions 10/18 (tant qu’à faire !), aussi, me suis-je laissée tenter par ce qui m’avait tout l’air d’un bon polar aux accents fantastiques autour des thèmes de l’écriture et de la lecture. Et évidemment, ce texte est bien plus qu’un bon polar aux accents fantastiques autour des thèmes de l’écriture et de la lecture ! Il s’agit davantage d’un roman jouant avec les codes génériques littéraires, confrontant la mythologie pittoresque finnoise à une mythologie plus moderne mais tout aussi fantasmagorique, sinon fantasmé : celle de l’écrivain·e, mais aussi de son lectorat que l’auteur décline avec une ironie aussi inattendue que délectable. Une très agréable surprise ! Lire la suite

Publicités

Nos meilleurs psychopathes de la littérature

Pour la troisième année, nous vous proposons un billet sur la littérature horrifique pour célébrer Halloween ! Si l’année dernière, nous nous sommes intéressés à la figure du fantôme, cette année, nous nous orientons vers une littérature non plus fantastique mais tristement réaliste, car elle met en valeur non pas une créature issue de notre imaginaire collectif, mais un monstre créé par non sociétés viciées : le psychopathe ! Voici donc un petit panorama, non-exhaustif évidemment, des psychopathes de la littérature, suivi du top 5 de nos meilleurs fous-furieux… Lire la suite

Love de Toni Morrison

Avec Love, paru en 2004, Toni Morrison nous parle d’amour. Et comme c’est Toni Morrison, elle nous parle d’une haine à la fois terrible et magnifique entre deux femmes, tout aussi terribles et magnifiques. Love met en scène une petite communauté dans la ville de Silk, station balnéaire agonisante, hantée par le souvenir de feu Bill Cosey, patriarche à la tête d’un hôtel renommé et d’une petite fortune. Dans ce roman, l’autrice afro-américaine décline une nouvelle fois les grands thèmes de son œuvre, mettant en parallèle les fantômes d’histoires individuelles pris dans les méandres de la grande Histoire, ici la période du mouvement des droits civiques luttant pour l’abolition de la ségrégation aux États-Unis. Un récit en miettes, comme ses deux personnages principaux, que le lecteur va devoir reconstituer comme un puzzle afin de découvrir ses fantômes et sa vérité. Une lecture éprouvante, comme toujours avec la Grande Toni, mais d’une rare puissance. Lire la suite

Avez-vous déjà lu… le premier « livre-jeu » ?

Les « livres-jeux », aussi appelés « livres dont vous êtes le héros », ont connu leur apogée dans les années 1980 pour sombrer dans l’oubli la décennie suivante. Il s’agit de romans interactifs où le lecteur, tel un joueur de jeu de rôle, incarne le personnage principal du récit. Il influe directement sur la trame de l’histoire en faisant des choix personnels qui orientent le déroulé de son aventure. Le principe de ce type de roman est simple, il reprend la structure d’une arborescence : à la fin de chaque paragraphe, tous numérotés, le lecteur choisit la direction que prendra l’histoire parmi plusieurs possibilités ; il est ainsi invité à se rendre à tel ou tel paragraphe pour lire la suite de son aventure. Chaque paragraphe représente ainsi un embranchement, et les choix du héros autant de branches permettant au lecteur de construire sa propre version de l’histoire.

Ces romans naissent en Grande-Bretagne et sont pour la plupart édités dans la célèbre collection Fighting Fantasy. En France, ces livres sont édités chez Folio Junior, dans la collection « Un livre dont vous êtes le héros », parmi lesquels nous pouvons citer, pour les plus célèbres, Le Sorcier de la montagne de Feu de Steve Jackson et Ian Livingstone (également fondateurs de la collection Fighting Fantasy) Le Labyrinthe de la Mort de Ian Livingstone, ou encore Le Loup solitaire de Joe Denver. Ces romans s’inspirent principalement de la littérature fantastique ou heroic fantasy. Mais bien avant que ces livres-jeux remportent un si franc succès dans les années 1980, il est un bien surprenant précurseur qui mis en œuvre la première histoire « à votre façon »… Lire la suite

En lisant Ulysse – Chapitre 10 : Les Rochers errants

Dixième chapitre du dossier En lisant Ulysse consacré à une lecture personnelle du roman Ulysse de James Joyce : « Les Rochers errants ». Tous les personnages, principaux comme secondaires, sont dans les rues de Dublin, et vaquent à leurs occupations respectives, tandis qu’une calèche traverse la ville. L’occasion pour moi d’évoquer mon rapport au dévoilement et à la pudeur…

Lire la suite

Ça de Stephen King

Stephen King ne jouit pas d’une réputation d’excellence dans les hautes sphères de l’intelligencia: le maître de l’horreur a en effet fait ses gammes dans des genres romanesques snobés par l’institution littéraire qui les classe sous l’épouvantable substantif de « paralittérature », autrement dit, une fois qu’on dépouille ce terme de ces hypocrites euphémismes, de la sous-littérature. Je me souviens notamment d’une prof de français au collège qui m’assurait, devant mon engouement pour cet auteur, que Stephen King n’était pas un « écrivain », mais un « raconteur d’histoires ». Un « raconteur d’histoires »… Force est de reconnaître que chez Stephen King, tout est effectivement au service des histoires, des histoires qu’il raconte quand même fichtrement bien ! Adolescente, j’étais une grande lectrice de King, mon premier auteur-coup-de-cœur contemporain qui a ouvert chez moi un champ littéraire totalement neuf. Pendant 2/3 ans, je n’ai lu que lui, fascinée par l’univers fantastique franc et dense qu’il dépeignait, dans son Maine poisseux à l’ambiance si caractéristique. Et puis, la lectrice que j’étais a grandi, a choisi de nouveaux horizons et a fini par oublier le maître du fantastique. Mais voilà, à l’occasion d’un article d’Halloween pour le blog, Louis et moi avons tenté d’inventorier nos romans les plus effrayants : Stephen King a évidemment resurgi de ma mémoire et il a fallu faire un choix, car beaucoup de ses textes sont effrayants ! Toujours est-il que me remémorer ces lectures adolescentes m’a donné furieusement envie de relire Stephen King, histoire de voir comment je reçois aujourd’hui ces romans d’épouvante, histoire de jauger, avec l’expérience, si ma prof de français avait raison. Près de deux ans plus tard, j’ai donc relu Ça, paru en 3 tomes dans les années 1990, en 2 aujourd’hui. Mon verdict : ma prof de français était vraiment une snobinarde méprisante… Lire la suite

City on fire de Garth Risk Hallberg

Les vacances ont été pour moi l’occasion de me plonger dans quelques pavés conséquents, ce qui a l’indéniable avantage de mettre de côté, le temps des quelques semaines nécessaires à leur lecture, les inévitables et perpétuels questionnements de lecteurs du type : « Quel sera ma prochaine lecture ? », « De quoi vais-je avoir envie après ? », « Celui-là ou celui-ci ? ». Voilà : pendant que je me farcissais les quelques 1200 pages de City on fire, au moins, je n’ai pas trop échauffé mon cerveau en m’interrogeant sur ma prochaine lecture. D’ailleurs, je n’ai pas l’impression d’avoir particulièrement sollicité mon cerveau en lisant ce roman, dont le brio, au demeurant indiscutable, de sa construction, n’a d’égal que la terrible vacuité de son propos, aussi verbeux que creux. Je n’ai pas du tout, mais alors pas du tout aimé City on fire, je m’en explique dans la chronique qui va suivre. Lire la suite

Wajdi Mouawad : Le Sang des promesses (Littoral, Incendies, Forêts, Ciels)

En général, le théâtre m’intéresse assez peu, lorsqu’il ne m’ennuie pas profondément, mais lorsque, par hasard, j’ai découvert la pièce Incendies, j’ai été tellement frappé par la force d’évocation de son écriture que j’ai tout de suite voulu lire les 3 autres volumes de cette tétralogie, Le Sang des promesses. C’est avec ce sentiment incomparable de plaisir mêlé au vertige que j’ai découvert un auteur dont j’ai su d’emblée qu’il marquera durablement ma vie de lecteur… Ce billet est donc l’occasion de faire une retour sur cette œuvre, avec laquelle Wajdi Mouawad s’impose comme l’un des dramaturges majeurs de ce début de siècle. Lire la suite

10 romans pour entrer en littérature

J’ai une filleule de 10 ans, une excellente lectrice, curieuse et vorace, dont « l’univers est égal à son vaste appétit », pour reprendre les mots de Baudelaire : depuis toujours, elle adore les livres et, depuis qu’elle sait lire, elle en dévore plusieurs à la fois, qu’il s’agisse de BD, d’encyclopédies, d’albums jeunesse, de contes, de sagas, etc. Aussi, lui ai-je prêté dernièrement un roman que j’avais adoré quand j’avais à peu près son âge, Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl. Elle me l’a rendu il y a quelques jours, m’assurant qu’elle l’avait beaucoup aimé bien qu’elle connaissait déjà l’histoire : elle a néanmoins préféré le roman au film (de Tim Burton). Depuis, j’ai envie de lui prêter une montagne de romans que j’ai aimés quand j’avais entre 9 et 11 ans. Je vous présente donc une sélection de 10 classiques pour la jeunesse, pour entrer en littérature, que j’ai pensée pour ma filleule. Un billet beaucoup pour elle, mais aussi un peu pour vous… N’hésitez d’ailleurs pas à étoffer cette liste en commentaires en précisant vos coups de cœur romanesques d’enfant ! Lire la suite

Têtes de Matthew Van Fleet

Je n’ai pas chroniqué de littérature jeunesse depuis maintenant longtemps, mais j’ai dernièrement eu un gros coup de cœur pour un album animé, riche et intelligent, une petite merveille à destination des tout-petits : il s’agit de Têtes de Matthew Van Fleet, édité en France depuis 2011 aux Éditions Gründ. Ce ravissant ouvrage propose à nos enfants une découverte des animaux du monde, à travers un vocabulaire riche, précis et adapté, mais aussi un humour malin et malicieux, pour la joie des petits lecteurs ! Lire la suite