3 autofictions à découvrir

Il arrive que, par un concours de circonstance ou grâce à une disposition d’esprit particulière, l’enchaînement a priori hasardeux de nos lectures crée des liens particuliers entre des livres que l’on n’avait pas forcément imaginé pouvoir rapprocher un jour. Récemment, le hasard m’a fait acheté, lire et aimer trois livres qui, bien que très différents dans le propos et l’écriture, semblent pourtant se rejoindre sur l’essentiel. 3 livres parus récemment : 3 auteurs différents, 3 styles différents, 3 histoires différentes, mais 3 biographies et/ou autobiographies, 3 mêmes volontés d’évoquer ce qui n’est plus, 3 quêtes identitaires, 3 textes se construisant en révélant leurs propres contradictions, 3 livres fascinants. Lire la suite

Culottées de Pénélope Bagieu

Respectivement parus en septembre 2016 et janvier 2017, les tomes 1 et 2 de Culottées, derniers opus de Pénélope Bagieu, reprennent les 30 portraits de femmes que l’auteure-dessinatrice a partagé avec ses lecteurs depuis plusieurs mois sur un blog dédié. Gallimard Bande Dessinée réunit ainsi en deux magnifiques volumes cette galerie de portraits féministes, à la fois pétillante, vive, fouillée, mais aussi véhémente et violente, mettant à l’honneur des destins extraordinaires de « femmes qui ne font que ce qu’elles veulent » et ce, à travers le monde et les époques. Lire la suite

En lisant Ulysse – Chapitre 8 : Les Lestrygons

Huitième chapitre du dossier En lisant Ulysse consacré à une lecture personnelle du roman Ulysse de James Joyce : « Les Lestrygons ». Il est 13 heures, et Leopold Bloom a faim. Après avoir rejeté l’idée de s’asseoir au restaurant Burton, une espèce de bouge infâme, il entre dans un bistrot à peu près correct tenu par un certain Davy Byrne. L’occasion pour moi d’évoquer l’esthétique de la dévoration…
Lire la suite

Les Années de Virginia Woolf

Paru en 1937, Les Années sont le dernier roman que Virginia Woolf a publié de son vivant. Elle y retrace l’histoire de la famille Pargiter sur trois générations, de l’année 1880 au « temps présent », 1937. Une multitude de personnages est alors convoquée afin de faire le portrait impressionniste de cette famille issue de la bourgeoisie londonienne, portrait porté par quelques figures marquantes que le lecteur voit vieillir au fils des pages. Le lecteur découvre ainsi, par touches succinctes, par les détails du quotidien, les changements sociologiques qui s’opèrent au sein de cette famille, mais aussi et surtout, les sentiments intimes qui animent chacun de ses membres. Roman polyphonique, Les Années sont un exemple parfait de roman en monologues intérieurs initié au XXe siècle, Virginia Woolf usant et abusant avec virtuosité des fameux streams of consciousness, révélant des personnages en mal de vivre, jamais bien à leur place, présentés sans les artifices romanesques de l’intrigue ou de l’événement. Un roman où, somme toute, il ne se passe rien, rien d’autre que le temps qui passe, et c’est absolument passionnant ! Lire la suite

Textualités a 2 ans !

Il y a deux ans, nous publiions notre tout premier article sur ce blog. Si Textualités fut d’abord un projet simplement nourri par une passion commune que nous partagions déjà depuis des années, il est aujourd’hui un espace de liberté où chacun de nous deux peut s’exprimer selon ses envies, communes ou respectives, sur la littérature et ses déviations, modulant notre ligne éditoriale selon notre rapport, toujours mouvant, aux lettres. Après deux années à publier régulièrement ici, force est de constater que notre rapport à la lecture a beaucoup changé, s’est modifié au regard de ce blog, fonctionne même en corrélation avec ce que nous souhaitons publier : il en résulte une curiosité accrue, une relation exigeante à la lecture et une ouverture d’esprit auxquelles nous ne nous attendions pas… Lire la suite

La beauté des manuscrits

Les manuscrits fascinent tous les lecteurs. On aura beau raisonner froidement en se disant qu’ils sont parfois illisibles, que les étapes intermédiaires, rejetées par l’auteur, n’ont pas autant de valeur que l’œuvre finale, qu’ils sont l’objet d’une idolâtrie disproportionnée, il faut bien se rendre à l’évidence : les manuscrits nous fascinent, comme s’ils étaient porteurs d’une beauté toute particulière, comme s’ils étaient le lien le plus direct entre l’auteur et son œuvre, comme s’ils nous rendaient plus concrète cette abstraction que sont bien souvent les auteurs… Nous vous proposons donc aujourd’hui un petit tour d’horizon totalement subjectif de manuscrits pour nous incontournables.
Lire la suite

Home de Toni Morrison

homeParu en 2012, Home de Toni Morrison raconte le douloureux retour d’un homme dans la ville où il a grandi, Lotus en Géorgie, taxée de « pire endroit du monde, pire que n’importe quel champ de bataille ». Pour ce faire, il traverse l’Amérique ségrégationniste des années 1950, violente et raciste, poursuivi par les redoutables fantômes de la Guerre de Corée et l’urgence de sauver sa jeune sœur. À travers ce court récit, Toni Morrison retrace le parcours d’une rédemption mettant en scène une galerie de portraits de femmes fortes et courageuses qui, à la veille de la lutte pour leurs droits civiques, sont en quête de liberté. Le fil de la narration est entrecoupé d’intermèdes où le personnage principal s’adresse directement au lecteur dans une confession poignante et salvatrice. Un très beau roman qui aborde, toujours avec justesse et intelligence, une période cruciale dans l’histoire des États-Unis. Lire la suite

L’Œil le plus bleu de Toni Morrison

oeil_plus_bleuPublié en 1970, L’Œil le plus bleu est le tout premier roman de Toni Morrison, mais également son tout premier coup d’éclat, aussi bien stylistique que narratif. Elle y amorce les jalons de ce qui est devenu une œuvre à la fois inclassable et incontournable tant le propos est bouleversant et la plume incandescente. Dans ce premier roman, Toni Morrison développe le motif de l’enfance en quatre saisons, le temps d’une année qui s’articule autour d’un drame innommable, posant brique après brique la matière première de son œuvre : l’histoire afro-américaine, le clivage féroce qui sépare l’Amérique blanche de l’Amérique noire, la servitude et le martyr des femmes, la mémoire et l’héritage culturel, la violence des relations humaines et familiales, la folie, la multiplication des points de vue, une chronologie mise à mal… Avec L’Œil le plus bleu, Toni Morrison entre avec fracas dans la littérature, abordant dans le style incisif et sensible qu’on lui connait les questions scabreuses du racisme, du viol, de la pédophilie et de l’inceste. Lire la suite

En lisant Ulysse – Chapitre 7 : Eole

Septième chapitre du dossier En lisant Ulysse consacré à une lecture personnelle du roman Ulysse de James Joyce : « Éole ». Leopold Bloom se rend à son travail, dans les bureaux du Freeman’s journal. L’occasion pour moi d’évoquer une anthologie du bruit…
Lire la suite

La Maison des épreuves de Jason Hrivnak

maison_epreuves_hrivnakPremier roman, si tant est qu’il s’agisse bien d’un roman, du canadien Jason Hrivnak, La Maison des épreuves est une curiosité littéraire. Publié outre-Atlantique en 2009, cet ouvrage est paru tout récemment en France, aux Éditions de l’Ogre, dans la traduction française de Claro, nous permettant de découvrir un texte pour le moins déconcertant, empreint d’une noirceur cauchemardesque, poussant dans ses retranchements les plus sombres les limites de la narration. On sort à la fois intrigué et marqué de cette lecture laborieuse et fascinante, perplexe quant à notre ressenti, comme au sortir d’un rêve inquiétant et absurde. Une lecture expérimentale assurément troublante… Lire la suite