Avez-vous déjà lu… un poème de métro ?

Le métro (et d’une manière générale les transports en commun) est le lieu tout indiqué pour s’accorder une pause-lecture qui vient souvent ouvrir ou clore une journée de dur labeur. Mais le métro est aussi un support littéraire tout autre, un lieu non plus de lecture mais d’écriture ! Pour l’oulipien Jacques Jouet, le métro devient même une contrainte d’écriture poétique, obéissant à une codification très stricte auquel chacun, armé d’un carnet et d’un stylo, pourra s’adonner avec amusement et créativité, et que je vous laisse découvrir dans l’article qui suit… Lire la suite

Publicités

La Maison des épreuves de Jason Hrivnak

maison_epreuves_hrivnakPremier roman, si tant est qu’il s’agisse bien d’un roman, du canadien Jason Hrivnak, La Maison des épreuves est une curiosité littéraire. Publié outre-Atlantique en 2009, cet ouvrage est paru tout récemment en France, aux Éditions de l’Ogre, dans la traduction française de Claro, nous permettant de découvrir un texte pour le moins déconcertant, empreint d’une noirceur cauchemardesque, poussant dans ses retranchements les plus sombres les limites de la narration. On sort à la fois intrigué et marqué de cette lecture laborieuse et fascinante, perplexe quant à notre ressenti, comme au sortir d’un rêve inquiétant et absurde. Une lecture expérimentale assurément troublante… Lire la suite

Avez-vous déjà lu… un aumonyme ?

Non, je n’axe pas l’ensemble d’un article sur une fantaisie orthographique : le mot « aumonyme » existe bel et bien. « Aumonyme » est un homonyme du mot « homonyme », qui désigne le rapprochement entre deux mots dont la forme écrite ou orale est proche, mais dont le sens est différent. Précisément, «aumonyme » est l’homophone (une sous-catégorie d’homonyme) d’« homonyme », dans la mesure où ce rapprochement est oral, c’est à dire que les deux mots se prononcent de la même façon. Maintenant que nous sommes au clair avec la définition du mot « homonyme », à peu près (oui, c’est très plaisant de parler des homonymes d’« homonyme », encore plus à l’oral !), qu’en est-il de cet incongru « aumonyme » ? Et bien il s’agit d’un néologisme inventé en 1923 par un poète français, précisément d’un mot-valise construit à partir des mots « aumône », « homonyme », et qui donnera son titre à un recueil de poèmes expérimentaux et, évidemment, surréalistes ! Lire la suite

Avez-vous déjà lu… une lipolepse ?

En janvier 1974, La Nouvelle Revue Française publie dans son numéro 253 une série de dix-neuf poèmes écrit par Raymond Queneau, poèmes qui ont tous une forme fixe jusqu’alors inédite. Plus tard, en 1975, ces poèmes, accompagnés d’une trentaine d’autres, seront publiés chez Gallimard dans un recueil intitulé Morale élémentaire. D’ailleurs, cette forme poétique si singulière porte le même nom de « morale élémentaire », mais aussi de « lipolepse », néologisme initialement employé par le poète OuLiPien. Mais précisément, qu’est-ce qu’une lipolepse ? Lire la suite

Avez-vous déjà lu… un poème sous hypnose ?

Les écrivains surréalistes français ont utilisé nombre de techniques d’écriture afin de se libérer de l’étroitesse de la pensée régie par la raison, la plus fameuse étant l’écriture automatique. Néanmoins, l’écriture automatique a montré ses limites et d’autres expériences ont été mises en place, sous l’égide d’André Breton, le chef de file français du mouvement surréaliste, afin de faire jaillir une parole créative délivrée des contraintes de la conscience. Parmi ces expériences, André Breton, malgré ses réserves quant au spiritisme et aux exhibitions de médiums en vogue dans les années 1920, met en place 3 séances d’hypnotisme les 25, 28 et 30 septembre 1922. Ces séances ont eu lieu chez André Breton lui-même, en sa présence et celles d’autres surréalistes comme René Crevel, Robert Desnos, Paul Éluard, Benjamin Péret, Max Ernst, Théodore Fraenkel… C’est ainsi qu’un poème surréaliste a été écrit sous hypnose. Lire la suite

Espèces d’espaces de Georges Perec

Espèces d’espaces de Georges Perec est un essai paru en 1974 aux éditions Galilée. Compte tenu de son genre, cet ouvrage porte en lui son propre discours, sa propre analyse, aussi, vais-je me contenter ici de vous le présenter de manière assez objective, mais aussi, de vous parler du plaisir que j’ai à lire et relire ce texte essentiel, qui soulève des questions existentielles qui me semblaient avant de le découvrir inextricables, voire inexistantes. Ce livre a transformé mon rapport à l’espace, quotidiennement ; aussi, puis-je affirmer que ce livre a changé ma vie. Ça méritait bien une chronique, aussi modeste soit-elle ! Lire la suite

Les Lieux de Georges Perec, une œuvre éclatée

Pierre Getzler_perec

Georges Perec photographié par Pierre Getzler

L’ensemble de l’œuvre de Georges Perec témoigne de son goût prononcé pour la description, l’énumération et l’exhaustivité, ainsi que pour une écriture méthodique et contrainte. C’est dans cette optique de l’écrivain OuLiPien entame en 1969 un projet colossal d’écriture d’un genre nouveau : pendant 12 ans, il décrira précisément 12 lieux parisiens au rythme de 2 lieux par mois, afin d’élaborer quelques 288 textes mettant en exergue l’influence du temps sur la ville, mais aussi sur l’écrivain lui-même et sur son écriture. Cette œuvre, malheureusement inachevée, devait s’intituler Les Lieux. Je vous propose ici de découvrir la genèse de ce texte et ses œuvres de remplacement. Lire la suite

Avez-vous déjà lu… un OuLiPien du Moyen Âge ?

Nous aimons beaucoup sur ce blog l’OuLiPo, l’Ouvroir de littérature potentielle, et ses productions textuelles et expérimentales basées sur la contrainte littéraire (vous pouvez découvrir ici nos articles sur l’OuLiPo). Pour les membres de cet atelier, la création littéraire passe avant tout par une recherche formelle et des jeux sur le langage. Sans avoir la primeur de cet intérêt pour les formes littéraires, les OuLiPiens aiment à appeler ceux dont ils s’inspirent des « plagiaires par anticipation » ! Et il est, parmi ces « plagiaires », un groupe de poètes qui œuvraient dès le Moyen Âge à multiplier les contraintes et s’interroger sur les jeux d’écriture. Lire la suite

Avez-vous déjà lu… un roman en monovocalisme ?

La semaine dernière, nous vous parlions d’un roman lipogrammatique écrit entièrement sans la lettre e (lire notre article ici). Aujourd’hui, il sera question de son antithèse, un roman écrit exclusivement avec la lettre e ! Cette contrainte littéraire consistant à n’écrire un texte qu’avec une seule voyelle est une variante du lipogramme appelée monovocalisme. Plusieurs OuLiPiens (membres de l’Ouvroir de Littérature Potentielle) se sont prêtés à l’exercice, comme Georges Perec et son monovocalisme en a What a man, Jacques Jouet et son monovocalisme en o Oh, l’ostrogoth ! ou encore Olivier Salon son monovocalisme en e, Ce fêlé de mec. Le roman en question est sorti en 1972 aux éditions Julliard. Lire la suite

Avez-vous déjà lu… un roman lipogrammatique ?

Un lipogramme est une contrainte littéraire consistant à écrire un texte sans utiliser une ou plusieurs lettres de l’alphabet. Nous avons déjà cité le texte lipogrammatique, sans la lettre e, de Queneau dans ses Exercices de style (lire notre article ici) dont voici un extrait : « Au stop, l’autobus monta. Y monta un zazou au cou trop long, qui avait sur un caillou un galurin au ruban mou. » Plusieurs auteurs se sont essayés à cet exercice de style, comme Jacques Arago et son Curieux voyage autour du monde, écrit en 1853 sans la lettre a. Mais le plus fameux d’entre eux fait paraître en 1969, aux éditions Denoël, un roman d’environ 300 pages entièrement écrit sans la lettre e. Lire la suite