Soie d’Alessandro Baricco et Rébecca Dautremer

J’ai dernièrement découvert la plume d’Alessandro Baricco, auteur contemporain italien, à travers son « histoire », Soie, publiée dans un très bel ouvrage par les Éditions Tishina, spécialisées dans les romans illustrés pour adultes. Si je n’ai pas du tout été conquise par ce récit, force est de reconnaître que j’ai été, par contre, particulièrement sensible au remarquable travail des Éditions de Tishina ainsi qu’aux superbes illustrations signées Rébecca Dautremer. Le principe du roman illustré ajoute ici une valeur ajoutée indéniable au texte, le sublimant pleinement. Dans cette chronique, je vais donc concentrer mon propos autour de la beauté du livre et non de l’œuvre littéraire qu’elle contient, œuvre sur laquelle, je n’ai finalement pas grand-chose à dire tant elle m’a parue aussi facile qu’insignifiante. Lire la suite

Publicités

Edgar Allan Poe par Benjamin Lacombe

Benjamin Lacombe est une des figures majeures de l’illustration jeunesse contemporaine : il s’est illustré dès ses débuts, avec son projet de fin d’études, Cerise Griotte, publié chez Seuil Jeunesse en France et chez Walker Books aux États-Unis, ce qui lui a valu une consécration du New-York Times, rien que ça ! Depuis, il a signé nombre d’albums jeunesse et de BD, en tant qu’auteur et illustrateur, et expose régulièrement son travail de par le monde (je vous parle notamment de son travail sur le personnage d’Alice de Lewis Carroll dans cet article). Son style graphique est très reconnaissable, très précieux, entre gothique expressionniste et baroque foisonnant. L’influence des romantiques du XIXe, tant dans le style graphique que stylistique, ajoute à son œuvre un caractère singulier et délicat, empreint d’une noirceur mélancolique. Je suis très admirative de son travail et risque fort de vous en parler plus amplement, quand mes filles seront en âge de le lire. Depuis 2010, Benjamin Lacombe publie également des ouvrages à destination d’un public adulte, notamment Les Contes macabres qui nous intéressent, ouvrage richement illustré regroupant 8 nouvelles d’Edgar Allan Poe traduites par Charles Baudelaire. Lire la suite

Enfin de l’art pour les enfants !

Max et les maximonstres, Les Trois Brigands, Petit-Bleu et Petit-Jaune… Autant de titres mémorables qui font renaître en nous de jolis souvenirs d’enfance ! Tous ces albums ont ceci en commun qu’ils sont nés dans les années 60, période remarquable de l’histoire de la littérature jeunesse. Je vous propose ici de revenir sur certains albums marquants de cette audacieuse décennie.

Dans la première moitié du XXe siècle, la littérature jeunesse propose une production assez variée, visant à éveiller l’enfant dans une démarche purement pédagogique. L’image est alors indissociable du texte : elle a une valeur uniquement illustrative. Les années 60 vont révolutionner cette conception des livres pour enfants en apportant notamment une valeur artistique à la notion d’illustration.

Sensibiliser l’enfant à l’esthétique

Impossible de parler d’albums jeunesse des années 60 sans mentionner Robert Delpire. Cet éditeur propose en effet une production jeunesse aux exigences artistiques. Soucieux de proposer des livres de qualité aux enfants, il a pris de grands risques éditoriaux, notamment en publiant dès les années 50 le curieux livre-objet Les Larmes de crocodile d’André François. Lire la suite