Avez-vous-déjà lu… un poème synesthésique ?

La synesthésie est un phénomène neurologique défini comme une association involontaire de deux ou plusieurs sens. Concrètement, cela signifie que la stimulation d’un sens est perçue simultanément par un autre sens, les deux se superposant. Par exemple, une personne synesthète peut voir et entendre simultanément la couleur bleue, peut goûter en entendre simultanément un goût sucré, peut entendre et voir des formes géométriques, peut entendre et toucher des textures… Le type de synesthésie le plus courant est la synesthésie dite « graphèmes-couleurs » qui relève d’une perception des chiffres et des lettres en couleurs. Ce phénomène est dû a un excès de substance banche dans le cerveau qui favorise les connexions entres les zones du cortex et le transfert d’informations. Ces associations sensorielles, d’origine neurologique, vont cependant inspirer des poètes, qui utiliseront des métaphores synesthésiques pour rechercher de nouvelles formes poétiques… Lire la suite

Publicités

En lisant Ulysse – Chapitre 9 : Charybde et Scylla

Neuvième chapitre du dossier En lisant Ulysse consacré à une lecture personnelle du roman Ulysse de James Joyce : « Charybde et Scylla ». Leopold Bloom entre dans une bibliothèque, où Stephen Dedalus se lance dans des démonstrations de haute volée à propos de Shakespeare. L’occasion pour moi d’évoquer l’épaisseur d’une feuille de papier qui peut séparer un homme de la folie…
Lire la suite

Edgar Allan Poe par Benjamin Lacombe

Benjamin Lacombe est une des figures majeures de l’illustration jeunesse contemporaine : il s’est illustré dès ses débuts, avec son projet de fin d’études, Cerise Griotte, publié chez Seuil Jeunesse en France et chez Walker Books aux États-Unis, ce qui lui a valu une consécration du New-York Times, rien que ça ! Depuis, il a signé nombre d’albums jeunesse et de BD, en tant qu’auteur et illustrateur, et expose régulièrement son travail de par le monde (je vous parle notamment de son travail sur le personnage d’Alice de Lewis Carroll dans cet article). Son style graphique est très reconnaissable, très précieux, entre gothique expressionniste et baroque foisonnant. L’influence des romantiques du XIXe, tant dans le style graphique que stylistique, ajoute à son œuvre un caractère singulier et délicat, empreint d’une noirceur mélancolique. Je suis très admirative de son travail et risque fort de vous en parler plus amplement, quand mes filles seront en âge de le lire. Depuis 2010, Benjamin Lacombe publie également des ouvrages à destination d’un public adulte, notamment Les Contes macabres qui nous intéressent, ouvrage richement illustré regroupant 8 nouvelles d’Edgar Allan Poe traduites par Charles Baudelaire. Lire la suite

Nos meilleurs fantômes de la littérature

La plupart des historiens s’accordent à penser que la fête d’Halloween a pour origine la fête celtique de Samain célébrant l’avènement d’une nouvelle année. La nuit de Samain n’appartient ni à l’année qui s’achève, ni à celle qui commence, aussi, elle s’inscrit hors du temps et est ainsi propice à des contacts avec ceux de l’autre monde (démons ou divinités). De nos jours, nous fêtons en France Halloween à la mode américaine, tout en maintenant cette tradition honorant un au-delà fantastique, sinon horrifique. C’est surtout l’occasion de se replonger dans les fictions d’épouvante, mettant en scène tout une imagerie fantastique peuplée de sorcières, de démons, de vampires et autres morts-vivants. Cette année, nous avons décidé de mettre à l’honneur l’une de ces figures traditionnelles de l’épouvante : le spectre, l’esprit vengeur, le revenant, l’ombre… bref, le fantôme ! Nous vous proposons ainsi un petit top 5 de nos meilleurs fantômes de la littérature fantastique, mais pas n’importe laquelle : la littérature fantastique classique ! Lire la suite

En lisant Ulysse – Chapitre 1 : Télémaque

Premier chapitre du dossier En lisant Ulysse consacré à une lecture personnelle du roman Ulysse de James Joyce : « Télémaque ». Stephen Dedalus commence sa journée ; il discute avec ses amis, regarde la mer. L’occasion pour moi d’expliquer en quoi ce roman peut être un véritable miroir tendu à ses lecteurs…
Lire la suite

Philippe Forest : Une Fatalité de bonheur

Une-fatalité-de-bonheur_ForestUne Fatalité de bonheur est le dernier livre de Philippe Forest : un essai à la lisière de la philosophie, du roman, de la critique littéraire, de l’autobiographie et de la poésie. Le principe est le suivant : l’écrivain développe son écriture et sa pensée à partir de vingt-six mots trouvés dans la poésie de Rimbaud, classés par ordre alphabétique. Un postulat de départ arbitraire, quasiment oulipien, permettant pour Forest de se dévoiler dans le reflet du plus lumineux et du plus énigmatique des poètes français.
Lire la suite