Avez-vous déjà lu… un poème de métro ?

Le métro (et d’une manière générale les transports en commun) est le lieu tout indiqué pour s’accorder une pause-lecture qui vient souvent ouvrir ou clore une journée de dur labeur. Mais le métro est aussi un support littéraire tout autre, un lieu non plus de lecture mais d’écriture ! Pour l’oulipien Jacques Jouet, le métro devient même une contrainte d’écriture poétique, obéissant à une codification très stricte auquel chacun, armé d’un carnet et d’un stylo, pourra s’adonner avec amusement et créativité, et que je vous laisse découvrir dans l’article qui suit… Lire la suite

3 autofictions à découvrir

Il arrive que, par un concours de circonstance ou grâce à une disposition d’esprit particulière, l’enchaînement a priori hasardeux de nos lectures crée des liens particuliers entre des livres que l’on n’avait pas forcément imaginé pouvoir rapprocher un jour. Récemment, le hasard m’a fait acheté, lire et aimer trois livres qui, bien que très différents dans le propos et l’écriture, semblent pourtant se rejoindre sur l’essentiel. 3 livres parus récemment : 3 auteurs différents, 3 styles différents, 3 histoires différentes, mais 3 biographies et/ou autobiographies, 3 mêmes volontés d’évoquer ce qui n’est plus, 3 quêtes identitaires, 3 textes se construisant en révélant leurs propres contradictions, 3 livres fascinants. Lire la suite

Avez-vous déjà lu… des messages cachés dans la poésie ?

On connaît tous la correspondance grivoise qu’a prétendument entretenu le célèbre couple d’écrivains Georges Sand et Alfred de Musset : une lettre romantique cachant une invitation coquine si on ne lit qu’une ligne sur deux, une réponse lyrique cachant un acrostiche libertin… Aujourd’hui, nous savons que cette correspondance est un canular datant de la fin du XIXe siècle, non signé par nos illustres auteurs français. Néanmoins, la littérature recèle de nombreux messages cachés, dissimulés par la rhétorique, permettant à nombre de poètes d’exercer leur virtuosité stylistique. Voici un petit échantillon de nos figures de style favorites permettant de cacher des messages secrets dans des textes aux apparences faussement innocentes… Lire la suite

Avez-vous déjà lu… une lipolepse ?

En janvier 1974, La Nouvelle Revue Française publie dans son numéro 253 une série de dix-neuf poèmes écrit par Raymond Queneau, poèmes qui ont tous une forme fixe jusqu’alors inédite. Plus tard, en 1975, ces poèmes, accompagnés d’une trentaine d’autres, seront publiés chez Gallimard dans un recueil intitulé Morale élémentaire. D’ailleurs, cette forme poétique si singulière porte le même nom de « morale élémentaire », mais aussi de « lipolepse », néologisme initialement employé par le poète OuLiPien. Mais précisément, qu’est-ce qu’une lipolepse ? Lire la suite

Avez-vous déjà lu… un poème sous hypnose ?

Les écrivains surréalistes français ont utilisé nombre de techniques d’écriture afin de se libérer de l’étroitesse de la pensée régie par la raison, la plus fameuse étant l’écriture automatique. Néanmoins, l’écriture automatique a montré ses limites et d’autres expériences ont été mises en place, sous l’égide d’André Breton, le chef de file français du mouvement surréaliste, afin de faire jaillir une parole créative délivrée des contraintes de la conscience. Parmi ces expériences, André Breton, malgré ses réserves quant au spiritisme et aux exhibitions de médiums en vogue dans les années 1920, met en place 3 séances d’hypnotisme les 25, 28 et 30 septembre 1922. Ces séances ont eu lieu chez André Breton lui-même, en sa présence et celles d’autres surréalistes comme René Crevel, Robert Desnos, Paul Éluard, Benjamin Péret, Max Ernst, Théodore Fraenkel… C’est ainsi qu’un poème surréaliste a été écrit sous hypnose. Lire la suite

Philippe Forest : Une Fatalité de bonheur

Une-fatalité-de-bonheur_ForestUne Fatalité de bonheur est le dernier livre de Philippe Forest : un essai à la lisière de la philosophie, du roman, de la critique littéraire, de l’autobiographie et de la poésie. Le principe est le suivant : l’écrivain développe son écriture et sa pensée à partir de vingt-six mots trouvés dans la poésie de Rimbaud, classés par ordre alphabétique. Un postulat de départ arbitraire, quasiment oulipien, permettant pour Forest de se dévoiler dans le reflet du plus lumineux et du plus énigmatique des poètes français.
Lire la suite

Avez-vous déjà lu… un poème monorime ?

On se souvient tous de nos cours de français où la poésie nous était enseignée, entre autres, par les fameuses rimes : rimes suivies (AABB), rimes croisées (ABAB) ou encore rimes embrassées (ABBA). Il existe évidemment d’autres variétés de rimes, toutes aussi harmonieuses les unes que les autres ; mais il est très rare de lire de la poésie monorime, c’est-à-dire qui n’utilise qu’une seule et unique rime (AAAAAAAA…). En termes de rhétorique, la poésie monorime est considérée comme lourde, disharmonieuse, presque comique, elle fatigue l’oreille par cette répétition sonore sans musicalité. Certes ! Mais il est cependant certains poètes qui ont su user avec intelligence de cette dissonante poésie monorime à des fins que je vous laisse découvrir… Lire la suite

Colline de Jean Giono

gionoColline est le premier roman de Jean Giono, écrit en 1929, alors que l’auteur est âgé de 34 ans. Il s’agit d’un récit court, mais très dense, d’un récit puissant, dérangeant, irradié par une écriture de toute beauté, de la vraie poésie panthéiste, rythmée, imagée, troublante. Il y est question de quelques hommes vivant dans un petit hameau, une micro-société isolée au cœur de la campagne, près d’une colline. Giono nous parle des hommes et de leur rapport à la nature, de leur cohabitation et de leurs affrontements, mais c’est surtout la nature des hommes qu’il révèle, amèrement, avec tristesse. C’est un roman marquant, qui nous mène vers des sentiers inattendus, nous dupe et nous dévoile. Un chef-d’œuvre, évidemment… Lire la suite

Philippe Forest : Le Chat de Schrödinger

Le_chat_de_Schrödinger_Philippe_ForestLe Chat de Schrödinger est le dernier roman de Philippe Forest. Paru en 2013, c’est un livre insaisissable, mêlant science et littérature, cosmos et intime, biographie et autofiction, vie et mort. Tout comme le célèbre chat de l’expérience de Schrödinger, vivant et mort à la fois, le roman se présente comme une tentative vertigineuse de réunir des opposés dans un récit labyrinthique et contemplatif. Lire la suite

La Liberté des rues de Jacques Réda

Comme tout le monde, nous sommes profondément choqués par les atrocités commises vendredi dernier, le 13 novembre 2015, à Paris. On ressent pourtant le besoin de parler, d’écrire, alors comme on parle, comme on écrit sur les livres, on continue. Aujourd’hui spécialement, on voudrait écrire quelques mots sur la liberté, sur la paix, et sur une ville qu’on adore, Paris. Alors le premier livre qui nous est venu à l’esprit, c’est ce très beau texte de Jacques Réda, La Liberté des rues. Il s’agit d’un recueil de récits poétiques en prose, une sorte de compilation des impressions de leur auteur qui y traite de ses promenades dans les rues de Paris, de son rapport à cet espace urbain, célébrant ainsi l’amour qu’il porte à cette ville. Lire la suite