Vernon Subutex 3 de Virginie Despentes

Avec le dernier opus de sa trilogie de la « contemporanéité », Vernon Subutex, Virginie Despentes clôt la symphonie polyphonique rock qu’elle a entamée avec maestria il y a déjà deux ans (vous pouvez jeter un œil à mes chroniques du tome 1 et du tome 2). Dans les volumes précédents, l’écrivaine dressait avec véhémence et mordant une galerie de portraits acérés de nos contemporains, du trader cocaïnomane à la musulmane pieuse, en passant par le fasciste aigri ou la sulfureuse ex-star du X, qui tous vont s’organiser autour d’un ancien disquaire à la rue, Vernon Subutex : ce dernier deviendra à la fin du tome 2 une sorte de « messie branleur », pour reprendre l’expression de l’auteure, « messie branleur » qui a le don de tous les faire danser dans un esprit de communion halluciné. En parallèle à cette peinture de notre société hypercontemporaine et hyperréaliste, Despentes met en place différents éléments narratifs disparates empruntés au polar, qui vont trouver leur convergence dans ce dernier volume, réglant les enjeux narratifs de cette grande fresque sociale du Paris d’aujourd’hui. Lire la suite

Publicités

De sang-froid de Truman Capote

Avec De sang-froid, paru aux États-Unis en 1966, Truman Capote signe le premier ouvrage de narrative non-fiction, genre qui deviendra très populaire outre-Atlantique et qui commence à faire son apparition en France. J’ai découvert récemment ce genre hybride, qui s’inspire du journalisme d’investigation dans le fond et du roman dans la forme, avec Tokyo Vice de Jack Adelstein, texte qui m’a tenue en haleine plusieurs jours ; aussi, j’ai souhaité découvrir le récit considéré comme le pionnier du genre, et par la même, comme un roman-culte auréolé du titre de chef-d’œuvre : De sang-froid de Truman Capote. Et force est de reconnaître qu’avec ce texte, l’auteur réussit un véritable tour de force, impressionnant par sa précision documentaire, captivant par sa narration… Lire la suite

Article 353 du code pénal de Tanguy Viel

article353_tanguyvielArticle 353 du code pénal est le tout dernier opus de Tanguy Viel, sorti lors de la rentrée littéraire de janvier 2017, aux géniales Éditions de Minuit. Dévoré en quelques jours, l’ensemble du roman me laisse un peu perplexe, sinon hésitante quant au réel propos du texte. À première vue, Article 353 du code pénal est un polar bien ficelé, un huis clos entre un juge et un meurtrier parfaitement maîtrisé, un beau crescendo qui nous conduit à une chute déconcertante. Bref, Tanguy Viel manie à la perfection l’art du suspens et use des codes du roman noir avec brio. Néanmoins, cette fin absolument inadéquate m’a permis de mettre en lumière ce qui m’ont semblé être quelques pistes d’analyses un peu plus subtiles. Honnêtement, j’ai du mal à concevoir que Tanguy Viel n’ait écrit qu’un simple polar. Je préfère voir dans ce texte un jeu intertextuel sur la notion de fiction et de ses codes diégétiques et, surtout, un questionnement profond et légitime sur notre rapport à la justice. Lire la suite

Vernon Subutex 2, et le SDF devient messie ?

Vernon_Subutex_2Sorti en juin dernier, le deuxième tome de la trilogie annoncée Vernon Subutex écrite par Virginie Despentes ne m’a pas déçu ! Après la lecture du premier volet (lire mon article sur Vernon Subutex 1 ici), j’ai eu un réel coup de cœur pour cet auteur et je me suis empressée de lire plusieurs de ses romans, en attendant le prochain. Aussi, étais-je impatiente de découvrir la direction prise par Despentes pour ce tome 2, souvent le plus décevant, le plus flottant, le plus faible des trilogies. Si l’on retrouve la même écriture, acérée, vive, que celle du premier volet, la même volonté de produire une galerie de portraits vitriolés, témoignages empathiques du Paris contemporain, le polar, jusqu’alors toile de fond, est mis en exergue, avec son lot de colère et de révolte qui prend le pas sur la mélancolie apaisée de la rue. Quant aux intentions de l’écrivain sur le tome 3, elles demeurent totalement ambigües et improbables…

Attention, pour ceux qui n’ont pas encore lu le roman, je révèle dans cette chronique quelques éléments de l’intrigue…

Lire la suite