Edgar Allan Poe par Benjamin Lacombe

Benjamin Lacombe est une des figures majeures de l’illustration jeunesse contemporaine : il s’est illustré dès ses débuts, avec son projet de fin d’études, Cerise Griotte, publié chez Seuil Jeunesse en France et chez Walker Books aux États-Unis, ce qui lui a valu une consécration du New-York Times, rien que ça ! Depuis, il a signé nombre d’albums jeunesse et de BD, en tant qu’auteur et illustrateur, et expose régulièrement son travail de par le monde (je vous parle notamment de son travail sur le personnage d’Alice de Lewis Carroll dans cet article). Son style graphique est très reconnaissable, très précieux, entre gothique expressionniste et baroque foisonnant. L’influence des romantiques du XIXe, tant dans le style graphique que stylistique, ajoute à son œuvre un caractère singulier et délicat, empreint d’une noirceur mélancolique. Je suis très admirative de son travail et risque fort de vous en parler plus amplement, quand mes filles seront en âge de le lire. Depuis 2010, Benjamin Lacombe publie également des ouvrages à destination d’un public adulte, notamment Les Contes macabres qui nous intéressent, ouvrage richement illustré regroupant 8 nouvelles d’Edgar Allan Poe traduites par Charles Baudelaire. Lire la suite

Un livre numérique est-il un livre ?

Afin d’apporter mon très humble avis à la question qui fait débat autour des livres numériques et leur nature intrinsèque, je vous propose ici un billet très personnel tentant de répondre à cette question : un livre numérique est-il selon moi un livre à part entière ? Mettons un terme immédiat à ce suspens insoutenable : oui, je suis persuadée qu’un livre numérique est bel et bien un livre. Je vous en donne plus bas les raisons, ainsi que quelques éléments de ma récente expérience de lectrice d’ebooks. Comme je l’ai précisé d’entrée, ce billet est un avis personnel : il ne s’agit pas ici d’affirmer que mes opinons sont les bonnes, les justes, les vraies… Il s’agit simplement de mon très humble avis et je ne juge absolument pas ceux qui ne le partagent pas. Je tenais que ceci soit clair afin de ne froisser personne. Lire la suite

Pourquoi les vieux livres vieillissent-ils plus vite que les très vieux livres ?

Nous avons tous eu entre les mains un livre aux pages jaunies et tachées, aux bords élimés, et surtout, surtout, ayant cette irrésistible odeur indéfinissable et si familière : celle du « vieux livre ». Mais comment se fait-il que des romans de la moitié du XXe siècle vieillissent plus vite que certains livres du XVIIIe, aujourd’hui encore en parfait état de conservation ?

Lire la suite