Bilan de l’année 2016

Alors que les bilans annuels fleurissent partout dans la blogosphère, Textualités n’échappe pas à la tradition ! Après une année qui a vu le premier anniversaire du blog, la création d’une nouvelle rubrique « Pour aller plus loin », et qui a vu augmenter significativement le nombre de nos visites, sur des sujets que nous ne pensions pas si populaires, nous pouvions bien nous fendre d’un petit billet pour revenir sur notre parcours ! Voici donc quelques mots sur l’année 2016 de Textualités, les bilans personnels de Anne et de Louis, et nos projets pour 2017….

Nos petites fiertés de blogueurs

À l’heure du bilan, force est de reconnaître que notre plus grande fierté est d’être, cette année encore, lus dans le monde entier, sur tous les continents, dans près de 200 pays !

carte

Les pays où nous avons été lus cette année sont colorés, avec une grosse majorité de lecteurs navigant depuis la France.

Si la grosse majorité de nos lecteurs naviguent depuis la France, Textualités attire aussi des internautes des États-Unis, de la Belgique et du Canada principalement, mais aussi de Suisse, d’Algérie, du Maroc… Nous sommes vraiment fiers et étonnés de participer, par le biais de notre blog, à ce partage d’une passion, ou plus modestement d’un intérêt pour la littérature, au-delà des frontières et des cultures ! En lançant notre blog il y a bientôt deux ans, nous n’espérions pas être lus de par le monde, alors nous sommes ravis et espérons que cette visibilité s’étendra encore dans les années à venir !

Autre fierté de blogueurs, nos deux articles curieusement vedettes : les chroniques Les Faux-Monnayeurs d’André Gide et Le Journal des Faux-Monnayeurs d’André Gide sont consultées tous les jours depuis plusieurs mois (depuis sa parution pour la chronique du roman) et ont été lues cette année près de 4000 fois chacune, ce qui nous paraît énorme compte tenu de la nature même de ces œuvres : des textes classiques, plutôt élitistes, qui ont été maintes fois décortiqués avec talent par des spécialistes bien plus savants que nous, dans des revues ou des ouvrages bien plus prestigieux que notre blog. Néanmoins, quelques professeurs nous ont contactés (car ces deux œuvres sont au programme des terminales L cette année) afin de louer notre travail et d’amener leurs élèves à nous lire. Cette petite reconnaissance, aussi humble soit-elle, nous remplit aussi de fierté.

Dans le même genre, notre article Les Lieux de Georges Perec, une œuvre éclatée a été mentionné dans le dernier bulletin de L’Association Georges Perec.

association_georges_perecMon nom, incomplet, figure ainsi aux côtés de Pierre Assouline, Olivier Salon, Philippe Claudel, etc., dans une bibliographie consacrée aux publications, articles et études de notre auteur adoré, Georges Perec, dont on vous rabat souvent les oreilles. Mais que voulez-vous, nous sommes tous les deux nourris par le même amour pour ce savant extravagant à la plume si familière !!! Donc une fois encore, on est très fiers que l’un de nos articles soit partagé par l’Association Georges Perec.

Autre petite fierté-de-blogueurs-qui n’en-demandaient-pas-tant, un extrait de notre chronique de La Maison dans laquelle de Mariam Petrosyan va être publié dans l’édition de janvier 2017 du magazine Nowow : nous avons en effet été contactés par ce magazine qui, dans le cadre d’une interview de l’éditeur Dominique Bordes des remarquables éditions Monsieur Toussaint Louverture, nous a demandé l’autorisation de publier un extrait de notre critique de La Maison dans laquelle. Nous voir associés, bien que fort humblement une fois encore, à cet éditeur nous honore !

Pour finir avec ce thème et éviter d’avoir la tête comme une pastèque, nous vous proposons de revenir sur nos articles publiés dans le cours de l’année 2016 qui ont été les plus consultés dans chacune des rubriques du blog :

  • Chroniques littéraires : contre toute attente, c’est notre chronique consacrée à l’essai Espèces d’espaces de Georges Perec qui a été la plus consultée. Nous y parlons de ce curieux essai où notre oulipien favori évoque de manière quasi-exhaustive son rapport à l’espace et à l’infra-ordinaire.
  • Rubrique insolite : Avez-vous déjà lu… un poème monorime ? Dans cet article, nous proposons une petite sélection de poèmes écrits avec une seule rime, faute de goût poétique par excellence qui a pu être élevée par des poètes de renom, comme Apollinaire ou Desnos.
  • Pour aller plus loin : Une surprise là aussi, car l’article le plus consulté dans cette rubrique est consacré à la métalepse rhétorique, un sujet qui, nous pensions, n’intéressait pas grand monde… Comment Wang-Fô fut sauvé : Marguerite Yourcenar / René Laloux
  • Littérature jeunesse : Sans surprise pour la littérature jeunesse, l’article le plus consulté est sans doute celui que j’ai pris le plus de plaisir à écrire, Alice et ses représentations au fil des ans : une sélection des différentes illustrations du plus célèbre des romans de Lewis Carroll.
  • En marge de la littérature : Sans surprise là non plus, l’article le plus lu dans cette catégorie est celui qui a suscité le plus de commentaires et a été le plus partagé sur les réseaux sociaux : Un livre numérique est-il un livre ? Nous abordons dans ce billet un sujet un peu polémique dans le monde des lecteurs, puisqu’il met en lumière les sempiternelles querelles entre les anciens (adeptes du papier) et les modernes (partisans du numérique) ! Évidemment, étant pour tout ce qui peut propager la littérature et sa visibilité, je ne peux être que pour l’essor des livres numériques tout en demeurant une consommatrice (oui, car la littérature est un marché et ses lecteurs des consommateurs) de livres papier.

Nos coups de cœur de 2016

Les coups de cœur de Anne

Bien que j’ai lu beaucoup de très beaux textes cette année, et quelques BD merveilleuses, j’ai eu deux vrais gros et beaux coups de cœur !

Le premier va non pas à un ouvrage ou à un auteur, mais à un éditeur, ce qui est assez rare pour être souligné. C’est en lisant la chronique de la blogueuse Horizon des mots (qu’au passage, je vous conseille vivement de suivre pour ceux qui ne la connaissent pas encore) sur un livre qui m’était totalement inconnu que je me suis retrouvée toute fébrile devant mon écran, excitée comme si l’on venait de m’apprendre qu’un inédit de Georges Perec allait bientôt être édité. Ni une ni deux, j’enfile mon manteau et je file à la librairie pour me procurer la sublime édition de poche de Et quelque fois j’ai comme une grande idée de Ken Kesey, publiée après des années de travail par cette petite maison d’édition dont je ne savais rien, les éditions Monsieur Toussaint Louverture. Outre l’énorme coup de cœur qu’a été pour moi le roman de Kesey, j’ai découvert une maison d’édition engagée et sincère, publiant modérément de beaux textes, souvent de la littérature étrangère, dans des beaux livres. Que demandez de plus ? Depuis, je suis une vraie fan de cette maison d’édition dont je suis les publications avec attention, enthousiasme et gourmandise !

Mon second coup de cœur de cette année va à un écrivain, une écrivaine pour être plus précise, la grande Tony Morrison, évidemment. J’ai voulu la découvrir avec fracas, en entamant sa bibliographie par le dévastant Beloved, roman en miette contant le destin d’une ancienne esclave infanticide. Ce fut un véritable choc esthétique, comme on en subit peu dans sa vie de lecteur. Pour l’instant, mon favori va au Chant de Salomon, roman retraçant le destin d’un homme en quête de vérité, réelles et merveilleuses, une vie entourée par cette sublime image de l’envol. Tony Morrison est une plume vive, poétique, violente, imprégnée du réalisme magique et de la mémoire du peuple afro-américain. À découvrir de toute urgence pour ceux qui ne l’ont pas encore lue !

Les coups de cœur de Louis

Tous les livres que j’ai chroniqués cette année on eu, chacun à leur mesure, une réelle importance dans ma vie de lecteur. Néanmoins, si je ne devais en retenir que deux, je mettrais à la première place Les Vagues de Virginia Woolf. Je ne connaissais d’elle que Mrs Dalloway, dont j’avais reconnu les qualités sans pour autant avoir été marqué par ce livre. Puis, Anne m’a offert Les Vagues… Dès les premiers chapitres, j’ai été impressionné par les expérimentations formelles de l’auteur autant que par la justesse de son propos. L’auteur suit la vie intérieure de six personnages, en passant d’un point de vue à un autre, durant les étapes majeures de leur vie, de leur enfance à leur vieillesse, chaque chapitre étant scandé par le rythme des vagues dont la musique résonne au cœur d’un paysage de bord de mer, depuis l’aube jusqu’au crépuscule. Un roman exigeant et bouleversant.

Le deuxième livre qui m’a profondément marqué est Black Hole de Charles Burns : une bande dessinée très sombre et très belle, sur des adolescents en passe de devenir des jeunes adultes. Venue d’on ne sait où, la « Crève » les frappe de plein fouet, se transmettant par voie sexuelle et leur infligeant des transformations physiques monstrueuses, obligeant les contaminés à vivre au ban de la société. Un livre sur l’ambivalence, l’amitié, l’amour, l’adolescence, la perte de repères, la violence, la drogue, le sexe, la musique, l’art, le cauchemar et la liberté. Rien que ça.

Et puis, sans pour autant pouvoir parler de coup de cœur à proprement parler puisque c’est un livre qui me suit depuis longtemps, impossible en cette fin d’année de ne pas mentionner Ulysse de James Joyce. J’avais déjà évoqué l’idée de mener un projet particulier pour ce livre dans le bilan de l’année 2015 de Textualités, mais je ne me suis lancé qu’en octobre dernier : une chronique par chapitre, en commentant le texte au regard de ma vie de lecteur ou de ma vie tout court, à raison d’une chronique par semaine. Si le projet est bien sur les rails, il est vrai que j’ai été quelque peu optimiste sur le rythme de parution, puisque j’ai déjà pris du retard, en raison d’un manque de temps et d’énergie en cette fin d’année. 2017 sera donc pour moi encore une année marquée par Ulysse (ce qui est plutôt de bonne augure pour la suite), et j’ai beaucoup de plaisir à vous faire partager mes expériences de lecture sur ce livre hors-normes.

Et 2017…

Si nos projets pour l’année 2016 étaient assez précis, ceux de l’année 2017 sont bien plus vagues pour la simple et bonne raison qu’une chose essentielle nous est naturellement apparue alors que nous gagnons en expérience sur le blog. Textualités est de plus en plus pour nous le lieu de toutes nos libertés en terme d’écriture et de recherches littéraires. Ce que nous souhaitions faire, fin 2015, a subit de grandes variations au cours de l’année 2016. Notre blog est l’endroit où nous souhaitons partager, outre nos coups de cœur ou nos avis sur nos lectures, nos questionnements sur la littérature, et de plus en plus, nous multiplions les travaux de recherche. Par exemple, notre rubrique insolite était à l’origine un moyen ludique de partager nos connaissances sur les aspects étonnants de la littérature, mais notre savoir s’est vite tari, et cette rubrique est devenue l’occasion pour nous de questionner réellement la littérature et ses limites, et partager avec vous nos travaux de recherches.

Or, tout cela prend beaucoup de temps, et surtout beaucoup d’énergie, choses dont nous pouvons vous assurer dès à présent que nous allons manquer durant l’année qui s’annonce. Effectivement, nous attendons pour avril prochain un heureux événement : notre petite famille va s’agrandir et accueillir en son sein une petite fille qui, nous l’espérons, sera comme ses parents et sa grande sœur une amoureuse des livres ! Or, cela et tant d’autres choses demandent temps et énergie, donc il est fort probable que nos publications, jusqu’alors hebdomadaires (bien que déjà, nous commençons ces derniers mois à manquer de régularité), se feront plus rares. Nous nous refusons à publier pour publier, et nous efforcerons d’écrire des articles en nous imposant le même niveau d’exigence qualitatif qu’aujourd’hui et surtout, la même envie, le même goût d’écrire sur la littérature. Aussi, nous ne nous imposons aucune contrainte de régularité pour l’année 2017.

Nous souhaitons finir ce bilan en remerciant de tout cœur nos lecteurs, ceux de passage qui nous rendent visite via les moteurs de recherche ou les réseaux sociaux, mais surtout nos abonnés, nos lecteurs fidèles, familles, amis, blogueurs ! Un grand merci pour vos marques d’intérêt et votre sympathie. Nous vous souhaitons à tous une excellente année 2017 et, comme disait ce bon Victor Hugo, « Saluons ensemble cette nouvelle année qui vieillit notre amitié sans vieillir notre cœur. »

À très bientôt pour de nouvelles découvertes littéraires !

Anne et Louis

Publicités

12 réflexions sur “Bilan de l’année 2016

  1. C’est un superbe bilan ! Félicitations pour vos succès, c’est un plaisir de lire un blog d’une telle qualité, avec des articles travaillés et des auteurs investis. Je suis très heureuse d’avoir introduit Anne aux éditions Monsieur Toussaint Louverture (Et quelquefois j’ai comme une grande idée reste ma meilleure lecture de l’année).
    Au plaisir de lire vos plumes en 2017, et tous mes voeux de bonheur à cete famille qui s’agrandit !
    Lola.

    Aimé par 2 people

    • Merci beaucoup pour ce commentaire adorable ! Je ne te remercierai jamais assez de m’avoir fait découvrir via ton blog les éditions Monsieur Toussaint Louverture : pour moi aussi, Et quelquefois… est une de mes meilleures lectures, pas seulement de l’année, mais de ma vie de lectrice ! Louis aussi a adoré ce roman ! Au plaisir également de pouvoir continuer à te lire en 2017, en espérant pouvoir te suivre aussi assidument que nos deux puces pourront nous le permettre 😉

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s