Avez-vous déjà lu… un dictionnaire de la bêtise humaine ?

Gustave Flaubert était un écrivain particulièrement lucide et drôle. Lucide, car il n’ignorait rien des travers de la société, et drôle, parce qu’il avait choisi de rire de la médiocrité humaine plutôt que de s’en désespérer. Son Dictionnaire des idées reçues en est l’exemple le plus hilarant.

dico_idees_recuesLe Dictionnaire des idées reçues est un ouvrage inachevé, dont Flaubert avait commencé l’élaboration dans sa jeunesse, et dont la réalisation s’est étendue durant presque toute sa carrière littéraire, l’écrivain repoussant sans cesse sa publication, mais utilisant les idées qui y étaient répertoriées dans Madame Bovary ou encore Bouvard et Pécuchet afin de dépeindre des personnages réjouissants de bêtise.

Les lettres de Flaubert à Louise Colet montrent ainsi l’écrivain souvent enthousiasmé à propos de son projet qu’il ne mènera pourtant pas à terme :

Ce serait la glorification historique de tout ce qu’on approuve. J’y démontrerais que les majorités ont toujours eu raison, les minorités toujours tort. (…) Cette apologie de la canaillerie humaine sur toutes ses faces, ironique et hurlante d’un bout à l’autre, pleine de citations, de preuves (qui prouveraient le contraire), de textes effrayants (ce serait facile), et dans le but, dirais-je, d’en finir une fois pour toutes avec les excentricités quelles qu’elles soient. »

Toute la beauté et la force de cet ouvrage vient de la capacité de Flaubert à peindre les moeurs de son époque, et dans le même temps, à saisir des lieux communs qui ont encore cours aujourd’hui (et pas qu’un peu !) Je vous en laisse juges, à travers une très courte sélection de définitions extraites de ce dictionnaire en tous points indispensable :

ANGLAISES : S’étonner de ce qu’elles ont de jolis enfants.

BACCALAURÉAT : Tonner contre.

BRETONS : Tous braves gens, mais entêtés

CENSURE : Utile ! On a beau dire…

CHIEN : Spécialement créé pour sauver la vie à son maître. L’ami de l’homme – parce qu’il est son esclave dévoué.

DÉICIDE : S’indigner contre, bien que le crime ne soit pas fréquent.

DICTIONNAIRE : En rire – n’est fait que pour les ignorants.

ÉPOQUE, la nôtre : Tonner contre elle. Se plaindre de ce qu’elle n’est pas poétique. L’appeler époque de transition, de décadence.

ÉTÉ : Toujours exceptionnel.

FACTURE : Toujours trop élevée.

HIVER : Toujours exceptionnel.

IDÉAL : Tout à fait inutile.

LIVRE : Quel qu’il soit, toujours trop long !

MER : N’a pas de fond. Image d’infini. Donne de grandes pensées.

NERVEUX : Se dit à chaque fois qu’on ne comprend rien à une maladie – et cette explication satisfait l’auditeur.

OPTIMISTE : Équivalent d’imbécile.

PHILOSOPHIE : On doit toujours en ricaner.

SUICIDE : Preuve de lâcheté.

TEMPS : Éternel sujet de discussion. Toujours s’en plaindre.

VENTE : Vendre et acheter, le but de la vie.

Etc, etc…

… Maintenant, oui !

Louis

Dictionnaire des idées reçues, Gustave Flaubert, Le Livre de poche, 1997, 3.60€

Publicités

4 réflexions sur “Avez-vous déjà lu… un dictionnaire de la bêtise humaine ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s