Avez-vous déjà lu… un roman décrivant entièrement un film ?

On appelle ekphrasis une description très précise d’une œuvre d’art. On en retrouve beaucoup dans la littérature, de l’ekphrasis d’Homère détaillant dans l’Iliade le bouclier d’Achille à la description du tableau du Condottière d’Antonello de Messine dans plusieurs romans de Georges Perec, en passant par le poème de Victor Hugo dédié au peintre Albert Dürer… Très souvent, la description d’une œuvre d’art s’insère dans un récit, comme une pause dans la narration. Néanmoins, il est un auteur qui en a fait le sujet même d’un de ses romans : il a rédigé une ekphrasis d’une bonne centaine de pages décrivant plan par plan l’intégralité d’un film de 138 minutes !

Sleuth film Mankiewicz

Affiche de Sleuth de Mankiewicz

Il s’agit du très bien-nommé Cinéma de Tanguy Viel, paru en 1999 aux Éditions de Minuit. La plus grande partie du roman est consacrée à l’ekphrasis du film de Joseph L. Mankiewicz , Sleuth, sorti en 1972 et en France sous le titre Le Limier. Ce chef-d’œuvre cinématographique raconte comment le riche auteur de romans policiers Andrew Wyke , génialement interprété par Laurence Olivier, met en place une arnaque à l’assurance avec l’amant de sa femme, le coiffeur Milo Tindle, tout aussi génialement interprété par Michael Caine. L’ensemble du film développe la thématique du jeu, notamment le jeu de comédie, de simulation du vol, que vont mettre en place les personnages, mais aussi leur duplicité. Le personnage d’Andrew Wyke est obsédé par le jeu : sa maison en regorge, du labyrinthe dans le jardin jusqu’au mots croisés improvisés sur le mur près des toilettes, en passant par un puzzle monochrome, des automates, des costumes et déguisements, des jeux orientaux, et même le jeu de fléchettes permettant de découvrir le coffre-fort dans son bureau ! Mais le jeu va prendre une dimension mortifère et piéger les deux personnages. Je ne vous en dis pas davantage, pour ceux qui n’ont pas encore vu le film (ou lu le livre de Tanguy Viel) !

Cinéma-de-Tanguy-VielLe roman Cinéma, dont l’ekphrasis de Sleuth comprend la grande majorité du texte, n’est néanmoins pas un horrible plagiat, au contraire, la description omniprésente du film n’a absolument rien de gratuit. Si Cinéma raconte l’histoire d’Andrew Wyke et de son rival Milo Tindle, il relate surtout celle de son narrateur, un fan absolu du film de Mankiewicz. Ce fan est totalement obsédé par le film, de la même manière que Wyke est obsédé par le jeu ! Tout tourne autour du film pour le narrateur de Cinéma : il s’est isolé du monde pour pouvoir le revoir maintes et maintes fois ; ses soirées entre amis sont limitées à des projections du film ; il juge d’ailleurs ses amis selon ce qu’ils en ont pensé ; il oublie son passé pour le confondre avec celui des personnages ; sa vie est entièrement tournée vers Sleuth qu’il annote et commente sans répit… Comme l’a résumé l’auteur lui-même : « Sa vie ne tient qu’à un film » ! Aussi, l’ekphrasis est-elle parfaitement justifiée car elle devient la parfaite traduction de l’obsession monomaniaque du narrateur. Cette obsession est accentuée par une mise en page en bloc, sans paragraphes, traduisant l’inquiétante et pathologique monomanie de celui qui parle, comme dans un seul souffle…

Voici l’incipit du roman, décrivant, évidemment, la scène d’ouverture de Sleuth :

Une voiture de sport, la voiture rouge de Milo Tindle, qui roule dans l’allée qui mène au château, au manoir qu’on voit de face et qui impose. Tindle, c’est son nom, c’est un Anglais, et il se gare dans la cour du manoir, sur le gravier, avec sa voiture de sport rouge, et sa veste étriquée très à la mode dans les années soixante-dix. Il en sort, de sa voiture rouge (avec ses initiales inscrites sur le côté sur l’aile droite, rajoutées par-dessus la peinture, c’est écrit : M.T., comme Milo Tindle). Mais à peine il est descendu de sa voiture, à peine il a enlevé ses lunettes de soleil et refermé la portière, tout de suite une voix s’élève d’on ne sait trop où. On sait seulement qu’elle ne vient pas de l’intérieur du manoir, plutôt du jardin, du parc autour du manoir, autour de la cour de gravier où il s’est garé, une voix qui le fait se retourner, et tourner le dos à la porte principale du manoir. Il ne pense même pas à frapper, il va directement vers le jardin, c’est-à-dire pas vraiment le jardin mais de grandes haies qui semblent l’emmener vers un jardin, très droites les haies, et il commence à circuler dedans, entre les rangées de haies qui le rapprochent croit-il, de la voix, et le rapprochent, croit-il, d’un jardin. Mais le jardin, en fait, ce ne sont que des rangées de haies, parfaitement taillées, toutes, et qui forment, quand on les voit du dessus, un labyrinthe.

Maintenant, oui…

Anne

Cinéma, Tanguy Viel, Éditions de Minuit, 1999, 128 pages, 12.50€

Publicités

4 réflexions sur “Avez-vous déjà lu… un roman décrivant entièrement un film ?

    • C’est un livre qu’on trouve facilement, à vraiment lire d’une traite. Par contre, si ce n’est déjà fait, il faut absolument voir le film de Mankiewicz AVANT de lire le roman de Tanguy Viel ! Non pour des questions de compréhension, mais car c’est un véritable chef-d’œuvre du 7e art, une intrigue à rebondissements qu’il faut découvrir sur un écran et non dans un livre ! Il ne faut surtout pas se priver de ce plaisir… Qu’est-ce que j’aimerais être en ce moment en train de voir Sleuth pour la première fois !!!

      Aimé par 1 personne

  1. Merci beaucoup pour cet article ! Moi qui ne connais ni le livre ni le film, je l’ai trouvé très intéressant. Déjà parce qu’il est sans doute moins courant de tirer un livre d’un film, que l’inverse. Ensuite parce que, sans révéler toute l’intrigue, l’article laisse deviner tout un jeu de mises en abyme (un narrateur décrit un film dont le personnage principal est lui-même écrivain…). Enfin merci pour cet extrait qui donne une idée du style de l’auteur, avec une belle oralité.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s