L’univers à portée de main

Alors que la sonde Rosetta a déposé le célébrissime robot Philae le 12 novembre dernier et que la sonde New Horizon nous a permis pour la première fois de voir, le 14 juillet dernier, des photos de Pluton, l’univers semble être de plus en plus à portée de main. Tiens, c’est d’ailleurs le nom d’un bon bouquin écrit par Christophe Galfard.

L'univers à portée de main - Christophe GalfardEn ce moment, je regarde beaucoup de vidéos sur l’univers et sur l’astrophysique : il y a énormément de très bonnes ressources disponibles, sur Youtube notamment, concernant la vulgarisation scientifique. On trouvera des chaînes dédiées faites par des personnes s’adressant à un public  généralement assez large, mais aussi des conférences filmées – souvent un peu plus pointues. L’avantage majeur d’un livre comme celui dont je vais vous parler aujourd’hui, c’est de faire une synthèse à la fois précise et accessible de l’état des lieux des connaissances actuelles sur l’univers.

Je ne connaissais rien de ce livre ou de cet auteur au moment d’en entamer la lecture, et je dois dire que le premier paragraphe m’a interloqué :

Imaginez-vous sur une lointaine île tropicale par une chaude et claire nuit d’été. L’océan qui vous entoure est aussi calme qu’un lac. Vous n’entendez que le doux clapotis des vagues sur le sable blanc. Tout est tranquille. Vous êtes allongé sur la plage. Les yeux fermés. Chauffé par une journée de soleil, le sable exhale un air saturé de parfums sucrés, exotiques. Tout est paisible.

J’avoue qu’en lisant cela, j’ai eu un peu peur. Que l’auteur commence par un tel cliché new-age ne me semblait pas de très bonne augure. Et au fait, est-ce un auteur sérieux ? Quel est le projet de ce livre ? Est-ce une vulgarisation romancée à la sauce Harlequin ? Un rapide coup d’œil sur la 4e de couverture s’imposait.

Docteur en physique théorique [!], Christophe Galfard se consacre à l’écriture depuis Georges et les secrets de l’univers qu’il a coécrit avec Stephen Hawking [!!], son directeur de thèse à Cambridge [!!!].

Impressionnant, tout de même. Allez, retour au livre. De fait, il fallait se rendre à l’évidence : malgré cet énorme cliché en guise d’ouverture, la suite du premier chapitre est tout à fait vertigineuse. D’ailleurs, cette plage sur une île déserte paradisiaque reviendra plusieurs fois dans le livre, jusqu’à devenir vraiment salutaire : un lieu et un moment connus, stables, paisibles, opérant un contraste très fort avec les diverses considérations ébouriffantes sur l’univers. Le lecteur finit par l’apprécier à sa juste valeur, cette plage de carte postale.

De fait, la somme de connaissances contenue dans ce livre est étonnante : le système solaire, la Voie lactée (notre galaxie), les autres galaxies, le « mur » de l’univers, la vie et la mort des étoiles, le Big Bang, la vitesse de la lumière et le temps, le monde quantique, les origines de l’espace et du temps, la matière noire, l’énergie sombre, la forme de l’univers (un univers sans bords ? comment serait-ce possible ?), la théorie des cordes…. ouf.

!C!!p9swBWk~$(KGrHqZ,!i4EzM9MHYg0BNBZ7TKKVQ~~0_35

Qu’est-ce que je vous disais…

Le projet est d’autant plus ambitieux qu’il est vraiment à portée de main – comprenez : à portée de toutes les mains. L’auteur précise d’ailleurs dans son avant-propos que E=mc² est la seule équation contenue dans le livre. Toutefois, cette équation est si célèbre qu’on a parfois tendance à occulter ce qu’elle contient d’extraordinaire pour ne la considérer que comme une « marque », un logo de plus.

 

Or, pour qui veut bien prêter attention, les découvertes d’Einstein sont tout à fait impressionnantes, car elles nous dévoilent que (liste non exhaustive) :
– la matière et l’énergie ne font qu’un. Il est d’ailleurs possible de créer une énergie incroyable grâce à de la matière (cf bombe atomique) ou, plus intéressant, de créer de la matière (!) à partir de l’énergie (c’est le rôle des accélérateurs de particules), puisque toute équation est valable dans les deux sens ;
– l’espace et le temps ne font qu’un : c’est le continuum espace-temps, qui est déformé par ce qu’il contient (la matière) ;
– il n’y a pas de « force de gravité » : la gravitation est le le résultat de la déformation de l’espace-temps par la matière (ça, il m’a fallu quelques semaines pour arriver à le visualiser) ;
– la matière n’est pas la seule à déformer l’espace-temps, la vitesse le fait aussi : le temps s’écoule plus lentement pour quelqu’un qui voyage à une grande vitesse que pour celui qui reste immobile, même si le voyageur revient à son point de départ (d’ailleurs, les astronautes qui tournent autour de la terre à une vitesse folle ont des montres réglées pour avancer plus lentement que les nôtres) ;
etc, etc..

À ce stade, il convient d’admettre qu’il serait bon qu’un scientifique compétent et bienveillant vous prenne par la main et vous explique que ce que vous pensiez naïvement connaître des lois de l’univers date, pour la très grande partie d’entre nous, des découvertes de Newton, au XVIIIe siècle, et que nous avons tous besoin d’une sacrée mise à jour. Même pour ceux qui s’intéressaient à l’astrophysique il y a une dizaine d’années (ado, j’aimais bien les bouquins d’Hubert Reeves), sachez que l’état des connaissances sur l’univers a bien évolué, notamment sur le Big Bang et la forme de l’univers.

Bref, n’attendons pas de nous ouvrir l’esprit uniquement grâce à la littérature, et bravo aux scientifiques qui savent parler à tous !

L’univers à portée de main, Christophe Galfard, Flammarion, 2015.

À voir également :

e-penser, une très bonne chaîne Youtube de vulgarisation scientifique (pas seulement sur l’espace) :
une conférence sur la forme de l’espace, par Jean-Pierre Luminet (il y parle notamment de la notion d' »univers sans bords » et c’est passionnant)
– Étienne Klein, conférences sur la relativité restreinte et sur la relativité générale d’Albert Einstein

Louis.

Publicités

5 réflexions sur “L’univers à portée de main

  1. Oui, par ces soirs d’été, il est très sympa de se passionner pour l’espace et de lever les yeux vers les étoiles. A noter aussi, l’existence d’un logiciel gratuit du nom de Stellarium , qui reproduit la voûte étoilée de l’endroit et du moment où vous êtes, pour vous permettre d’identifier étoiles, planètes, et autres objets célestes. On peut aussi voir à quoi ressemble le ciel depuis les autres planètes du système solaire, zoomer sur les planètes pour apercevoir les anneaux de Saturne ou les satellites de Jupiter…

    litteratureportesouvertes.wordpress.com

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s