Avez-vous déjà lu… un roman en calligramme ?

Guillaume_Apollinaire_Calligramme_ChevalLe calligramme est un mot-valise formé à partir des mots « calligraphie » et « idéogramme », inventé par Guillaume Apollinaire en 1918 pour son recueil de poèmes éponyme. Il désigne un poème dont le texte est disposé de manière à former un dessin, en lien avec ce qui y est énoncé. Fond et forme se font alors écho. Voyez ci-contre un très élégant calligramme d’Apollinaire en forme de cheval. Mais si le calligramme appartient à la poésie, un auteur s’est emparé de son esthétique graphique dans un genre qui s’y prête beaucoup moins : le roman. Il existe en effet un roman, curiosité éditoriale manifeste, qui use et abuse en toute légitimité de calligrammes, offrant à ses lecteurs une expérience de lecture inédite !

Il s’agit du très surprenant premier roman de Mark Z Danielewski, La Maison des feuilles, House of Leaves en anglais, paru chez la très audacieuse maison d’édition américaine Pantheon Book en 2000. Ce sont les éditions Denoël qui se chargent en 2002 de la parution française du texte traduit pas Claro.

Outre son contenu totalement inattendu, ce livre-objet se démarque par sa structure insolite et une mise en page très graphique. Le livre relate deux histoires mises en parallèle : Johnny Errand découvre un manuscrit racontant l’histoire de Will Navidson. Ce dernier décide de faire un home movie sur sa famille et va être confronté au surnaturel : une pièce mystérieuse apparaît dans sa maison, pièce physiquement inexplicable. Au fil des jours, cette pièce devient un labyrinthe dont Navidson va entreprendre l’exploration. C’est cette histoire qui va fasciner le lecteur Johnny Errand dont nous allons suivre le cheminement au travers des annotations qu’il fera sur le manuscrit. Aussi, le texte se dispose-t-il ainsi : le manuscrit est écrit avec une typographie classique en édition littéraire, de type times ; il est annoté des commentaires de Errand, identifiables par une typographie rappelant celle des machines à écrire, de type courier. Cette construction n’est pas sans rappeler Feu Pâle de Nabokov. D’ailleurs, de nombreuses références littéraires parsèment ce roman. Mais je m’égare. Il y a énormément de choses à dire sur ce roman. Ici, je me concentre sur l’aspect calligrammatique du texte !

Manuscrit et notes vont donc s’enchevêtrer, sans compter les notes d’auteur, d’éditeur et de traducteur pour la version française, tant et si bien que le lecteur va, à l’image du personnage principal du manuscrit, expérimenter une lecture labyrinthique.

labyrinthe_Maison des feuilles Danielewski

Pendant plusieurs pages racontant l’exploration du labyrinthe par Navidson et son équipe, le lecteur se perd également dans un dédale de notes.

Et l’ensemble du roman recèle de très belles trouvailles de mise en page calligrammatique. J’aime particulièrement le passage dans un étroit tunnel : le texte se resserre, mimant les décors éprouvants que traverse Navidson, ajoutant ainsi une terrible et oppressante sensation de claustrophobie ! Je vous laisse lire l’extrait ! Afin de pouvoir faire le parallèle entre le sens du texte et la forme du calligramme, n’hésitez pas soit à cliquer sur la galerie l’images pour faire défiler les pages du livre, soit à cliquer sur les images en dessous pour les agrandir.

mdf1 mdf2 mdf3 mdf4 mdf5 mdf6 mdf7 mdf8 mdf9 mdf10

Nous aimons beaucoup Danielewski dont nous avons déjà parlé dans notre article « L’expérience L’Épée des cinquante ans de Danielewski » (à lire ici) à propos de son dernier roman paru en France. Nous attendons très impatiemment son prochain roman, The Familiar, premier volet d’une série annoncée de 27 tomes, qui s’annonce également visuellement sublime, comme je vous en laisse juger avec l’extrait ci-dessous.

extrait-familiar

Extrait du tome 1 de The Familiar

Maintenant oui !

Anne

La Maison des feuilles, Mark Z. Danielewski, Dénoël, 2002, 753 pages, 32€
Il existe depuis peu une version en livre de poche, plus accessible financièrement :
La Maison des feuilles, Mark Z. Danielewski, Point, 2015, 717 pages, 12.95€

Publicités

15 réflexions sur “Avez-vous déjà lu… un roman en calligramme ?

  1. Je connaissais le recueil d’Apollinaire, mais j’avais oublié l’origine de ce terme. Et pour les autres, c’est fascinant. Une seule petite réserve, pour les photos, vous devriez mettre un bouton « suivante », pour en faciliter la lecture. Que voulez vous, vous nous rendez exigeant face à la qualité de vos articles !

    J'aime

    • Je viens de bricoler une galerie d’images, facilitant ainsi la lecture de nos extraits. Merci encore pour vos conseils, vos encouragements et de votre fidélité ! 🙂

      J'aime

    • La Maison des feuilles est l’un de nos romans culte, d’ailleurs les photos dans l’article proviennent de notre exemplaire. Pour aimer ce livre, il faut aimer se perdre dans sa lecture, mais le récit est parfaitement lisible. La mise en page n’est pas gratuite, elle est au service du texte et ajoute un sens essentiel à la narration.

      Aimé par 1 personne

  2. Ou comment retomber en enfance en repensant aux Calligrammes d’Apollinaire. Je me souviens de cette construction, même si nous étions sans aucun doute trop jeunes pour saisir toute la beauté des vers…

    Et comment rebondir avec la découverte intrigante de ce livre, La Maison des Feuilles.
    C’est décidé, je vous fais un encart pub en bas de mon blog!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s