David A Carter ou comment sensibiliser vos enfants à l’art

Si vous avez déjà flâné dans le rayon jeunesse de votre librairie, vous connaissez forcément David A. Carter ! Son nom ne vous dit peut-être rien, mais il a su imposer un style graphique si fort, si reconnaissable et si efficace que vous avez à coup sûr déjà feuilleté un de ses nombreux livres animés ! Petite Boîte jaune, Petit Rond bleu, Le Livre à pois, Bruit blanc, Cache-Cache… Autant de titres devenus des incontournables de la littérature jeunesse, abstraits, épurés, minimalistes, colorés, pour petits et grands, évidemment !

David Carter, ses influences essentielles

David A. Carter est un auteur et illustrateur américain. Après des études d’art, il a travaillé, comme beaucoup d’autres illustrateurs, dans le design et la publicité. En 1980, il entre dans l’agence de communication I.C.I. à Los Angeles où il restera 7 ans. Il y rencontrera de nombreux artistes, notamment Jan Pienkowski et David Pelham.

Jan Pienkowski

Cet illustrateur de livres pour enfants est surtout connu, aux États-Unis, pour avoir illustré les albums de Meg et Mog de Helen Nicoll, racontant les aventures d’une sorcière et de son chat à rayures.

meg et mog
Il a également fait de nombreuses illustrations avec des silhouettes, principalement pour des contes, rajoutant une atmosphère féérique et inquiétante à ces histoires. Personnellement, je les trouve sublimes ! C’est fort dommage que Jan Pienkowski ne soit pas plus connu en France !

Pienkowski-1001nuits

Extrait des Mille et une nuits illustrés par Jan Pienkowski

Pienkowski-baba yaga

Extrait de Baba Yaga illustré par Jan Pienkowski

Pienkowski-le royaume sous la mer

Extrait du Royaume sous la mer illustré par Jan Pienkowski

Enfin, Jan Pienkowski est connu pour ces livres animés en pop-up. Pour rappel, on utilise aujourd’hui le terme pop-up pour désigner le livre animés de manière générale. En fait, ce terme désigne à l’origine un élément qui se déploie à l’ouverture de la page, avec une notion primordiale de volume. Le pop-up le plus fameux de Jan Pienkowski est La Maison hantée, édité en France aux éditions Nathan. Les jeunes lecteurs y découvrent, de pages en pages, les pièces de cette inquiétante maison d’où surgissent quantités de monstres en tout genre !

Jan Pienkowski La Maison hantée

David Pelham

David Pelham est connu en France pour ses très jolis pop-up Anim’o, publié chez Mango Jeunesse, et dans le même esprit, Tâches et rayures, aux éditions Thomas Jeunesse. Ces deux ouvrages présentent des animaux sculptés en papier qui se déploient à l’ouverture des pages. C’est à la fois très poétique, très beau, et aussi naïf, de telle sorte que les enfants sont très réceptifs à cet art. Personnellement, je suis très fan de David Pelham !

anim'o

Extrait d’Anim’o

taches et rayures

Extrait de Tâches et Rayures

Il est surtout connu aux États-Unis pour son livres jeunesse Sam’s sandwich, mais aussi pour des œuvres plus abstraites, comme Blanc, sublime ouvrage de pop-up artistiques, tous blancs, évidemment ! Il s’agit pour l’enfant de chercher dans les décors immaculés la trace d’un escargot qu’il découvrira en même temps que les seules couleurs du livre. C’est un très bel objet, à la fois interactif et contemplatif, qui permet d’initier intelligemment les plus jeunes aux arts plastiques.

blanc david pelham

David Pelham est également renommé pour avoir réalisé des couvertures de romans, pour adulte cette fois, édités aux éditions britanniques Penguin Book, et pas des moindres ! Burgess, Ballard… Vous pouvez remarquer que David Pelham a une identité graphique très forte ! C’est toujours assez troublant de mettre en parallèle le travail des illustrateurs pour enfants, souvent tendre et poétique, et pour adultes, violent et dérangeant.

penguin-covers-1 penguin-covers-2 penguin-covers-3

C’est auprès d’artistes de talents comme Jan Pienkowski et de David Pelham que David A. Carter apprendra la conception des pop-up et l’art de papier-ingénierie. En 1987, il quittera l’agence de communication I.C.I. pour créer sa propre entreprise. Il a depuis créé plus de 60 livres animés pour les enfants, tous avec une identité visuelle très forte, très reconnaissable et très abstraite.

Une œuvre visuellement forte, entre abstraction et figuration

Des petits personnages abstraits

On retrouve dans la bibliographie de David A. Carter de nombreux petits personnages très minimalistes, comme Petite Boîte jaune, Petit Rond bleu ou les ballons de la Petite Ronde de couleurs, qui ne sont pas sans rappeler Petit-Bleu et Petit-Jaune de Leo Lionni, édité en 1970 par L’École des Loisirs. Je vous en ai déjà parlé dans l’article, « Enfin de l’art pour les enfants » (à lire ici) sur les albums jeunesse des années 1960. Cet ouvrage sur l’amitié met en scène deux personnages, un rond bleu et un rond jaune, auxquels les petits lecteurs s’identifient sans problème en dépit de l’abstraction. Chez Carter, les personnages sont également abstraits et minimalistes, mais il va moins loin dans l’abstraction car ces petits héros ont des visages, avec deux yeux et une bouche.

rond_bleu boite-jaune ronde-couleurs

Les livres mettant en scène ces petits héros abstraits sont destinés au plus petits. D’une part, leur format, 17 x 17 cm, est évidemment adapté aux petites mains. D’autre part, le papier des livres est noir, le texte et les illustrations sont blancs, à l’exception des personnages colorés et de certains éléments mis en valeur. Les illustrations sont d’ailleurs simples, sans être simplistes, et tendres. Quand l’enfant naît, sa vision n’est pas optimale, elle se développera au cours des premiers mois de sa vie. Cependant, le bébé est rapidement sensible aux contrastes forts, entre le noir, le blanc et le rouge principalement. Aussi, ces ouvrages sont parfaitement adaptés à la vue des plus jeunes.

De plus, les éléments colorés, peu nombreux, sont mis en valeur selon l’approche que propose le livre. Par exemple, Petit Rond bleu est un livre à toucher, avec plusieurs pages tactiles, aussi, les éléments colorés, outre le personnage principal, sont mis en valeur afin que l’enfant ait envie de les toucher. On retrouve également, et cela, de manière récurrente chez Carter, des éléments cachés à retrouver. Ce sera d’ailleurs l’objet d’un de ses plus beaux livres pop-up, Cache-Cache. Dans Petite Boîte jaune part à l’aventure, le petit lecteur est amené à interagir avec le livre, en cherchant notamment le petit personnage jaune sous des rabats. On trouve aussi des tirettes activant des mécanismes très mignons, permettant par exemple à la petite boîte jaune de faire du toboggan. Ces mécanismes sont toujours très poétiques et les enfants y sont très sensibles. Tous ces livres s’achèvent par un très joli pop-up réunissant tous les éléments présentés dans l’ouvrage, comme une synthèse des nouveaux apprentissages !

De l’art abstrait

David A Carter est allé encore plus loin dans l’abstraction en puisant son inspiration chez de grands artistes abstraits comme Vassily Kandinsky ou Joan Miró. Il a ainsi réalisé de nombreux ouvrages, toujours destinés aux enfants, où chaque pop-up est une œuvre d’art en soit. Ces livres, plus ambitieux, ne sont pas du tout prétentieux, c’est d’ailleurs pour ça que les enfants y sont si sensibles ! L’artiste propose aux jeunes lecteurs/spectateurs des œuvres totalement abstraites, faites de formes et de couleurs qui s’harmonisent magnifiquement dans une composition représentée par chaque pop-up ou sculpture de papier. Cette harmonie est également renforcée par la très poétique dynamique du mouvement des pop-up qui se déploient, à l’ouverture de chaque page, comme si l’œuvre d’art éclorait à chaque fois qu’on consulte le livre, lui concédant ainsi une fraicheur éternelle.

Parmi ces albums les plus fameux, la trilogie Un Point rouge, 2 Bleu, 600 Pastilles noires a su magistralement définir le style David A Carter. Je vous laisse admirer quelques extraits :

1pointrouge

Extrait d’Un Point rouge

2bleue

Extrait de 2 Bleu

600pastillesnoires

Extrait de 600 Pastilles noires

Ces œuvres ne sont pas sans rappeler de grandes œuvres abstraites, je me suis permis quelques parallèle pour vous montrer les influences de Carter.

 

joan miro  bleu2 carrejauneEn haut, Bleu II de Joan Miró. En bas, un extrait de Carré jaune de David A Carter.

kandinsky gravitation 600pastillesnoiresbis
En haut, Gravitation de Vassily Kandinsky. En bas, un extrait de 600 Pastilles noires de David A Carter.

Alexander Calder bruitblancEn haut, Copeaux de spirales de Alexander Calder. En bas, un extrait de Bruit blanc de David A Carter.

Ces livres appartiennent à la littérature jeunesse dans la mesure où la cible éditoriale est les enfants. Néanmoins, en raison de leur contenu clairement artistique, de leur prix relativement élevés (les albums peuvent monter à plus de 20€) et de l’indéniable soin apporté aux illustrations, je pense qu’on peut considérer ces ouvrages comme des beaux-livres. On appelle beaux-livres des ouvrages auxquels on a apporté un soin particulier aux illustrations et aux photographies ; les beaux-livres sont principalement utilisés dans l’édition pour des représentations artistiques et photographiques. David A Carter et ses éditeurs ont donc la particularité fort honorable de proposer à nos bambins des beaux-livres réalisés rien que pour eux ! Et ça, c’est une raison suffisante, car relativement rare, pour admirer ce grand illustrateur !

Vers le figuratif

mandarineEn parallèle de ces livres très abstraits, David A Carter est également l’auteur d’albums figuratifs, notamment les livres dont le personnage principal est Mandarine, une petite souris. Ces derniers sont coréalisés par le couple Carter, David et Noëlle. Ce personnage est décliné dans plusieurs petits albums selon les événements du quotidien : Un Bébé chez Mandarine, Le Noël de Mandarine, Mandarine cherche son papa… Ce sont des livres sensoriels avec un contenu somme toute très classique. On y trouve des livres à toucher avec plusieurs pages tactiles, un livre parfumé à sentir, etc. Carter reste là encore dans le livre à système. Il en va de même pour sa série de livres autour des personnages des « Bugs », des petites abeilles. Malheureusement, ces ouvrages ne sont pas édités en France.

qui suis-je ?On retrouve d’autres nombreux ouvrages figuratifs, notamment le dernier en date sortie en France, le très beau Qui suis-je ?, édité chez Gallimard Jeunesse. Au fur et à mesure de la lecture de ce très poétique album, on découvre une petite (et sublime) pieuvre timide qui ose doucement sortir de son trou pour saluer le petit lecteur et qui retourne tranquillement se cacher. L’interaction est très simple : le texte renvoie soit aux paroles de la pieuvre, soit à celle du lecteur. De cette manière, le dialogue s’installe, ce qui rend cette petite pieuvre timide très attachante !

Qu’il réalise des livres abstraits ou figuratifs, il demeure néanmoins une constante chez David A Carter, et non des moindres : ses livres ont toujours une esthétique visuellement très marquée, très ambitieuse, très flamboyante. Elle éblouit enfants et parents, mais elle sait rester accessible, et c’est pour cela qu’elle sait être si touchante, si émouvante. Je pense sincèrement qu’offrir des livres de David A Carter à nos enfants, c’est leur offrir du vrai art et les inviter intelligemment à développer leur sensibilité artistique.

Anne

La Maison hantée, Jan Pienkowski, Nathan, 2013, 12 pages, 25.90€
Anim’o, David Pelham , Mango jeunesse, 2013, 10 pages, 13.93€
Tâches et rayures, David Pelham, Thomas jeunesse, 2014, 15 pages, 13.70€
Un Point rouge, David A Carter, Gallimard Jeunesse, 2005, 16 pages
2 Bleu, David A Carter, Gallimard Jeunesse, 2006, 16 pages
600 Pastilles noires, David A Carter, Gallimard Jeunesse, 2007, 16 pages
Qui es-tu ?, David A Carter, Gallimard Jeunesse, 2014, 12 pages

Publicités

5 réflexions sur “David A Carter ou comment sensibiliser vos enfants à l’art

    • Merci à vous ! Je suis également très fan des livres de David A Carter et ma toute jeune fille aussi. Je lui en ai offert très tôt, et elle les a toujours manipulés avec beaucoup de délicatesse, tant et si bien qu’ils ne sont pas du tout abîmés alors qu’elle en dispose à sa guise. Je pense sincèrement que les enfants, même très jeunes, comprennent qu’il s’agit de livres spéciaux, ils sont sensibles au soin apporté à ces compositions qui se déploient sous leurs yeux et, en retour, ils les traitent avec soin. Il y a un réel respect mutuel entre l’auteur et ses jeunes lecteurs !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s